Transferts de fonds: la Tunisie classée 6ème dans la région MENA

Les fonds transférés vers les pays en développement ont très peu augmenté en 2015.  Ce qui reflète la réduction des revenus des migrants dans le monde, donc leur capacité à envoyer de l’argent à leurs familles, expliquée essentiellement par la faiblesse des prix du pétrole ainsi que d’autres facteurs, selon l’édition 2016 du rapport de la Banque mondiale (BM)  sur les migrations et transferts de fonds à travers le monde en 2015.

Ainsi, les fonds transférés ont atteint 431,6 milliards de dollars en 2015, soit une légère hausse de 0,4 %, contre 430 milliards de dollars transférés en 2014.

Ce ralentissement des transferts de fonds a été effectué depuis l’année 2012. Et  la faiblesse des cours pétroliers l’a encore aggravé en 2014, affectant en particulier les envois depuis de nombreux pays exportateurs de pétrole, à savoir la Russie et les États du Conseil de coopération du Golfe (CCG).

Au niveau de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), le rapport de la BM a révélé que les envois de fonds ont enregistré une augmentation de  0,9 % en 2015 contre 4 % en 2014.  Ce ralentissement est essentiellement dû à une baisse des flux vers l’Égypte, premier pays destinataire de la région avec 19,7 milliards de dollars.

En deuxième position, figure le Liban avec des transferts de fonds de l’ordre de  7,2 milliards de dollars, suivi du Maroc avec 6,4 milliards de dollars, la Jordanie  avec 3,8 milliards de dollars et le Yémen avec 3,4 milliards de dollars.

De son côté, la Tunisie occupe la 6ème place avec des transferts dans la région MENA estimés à  2,3 milliards de dollars en 2015, suivie des Territoires palestiniens avec 2,2 milliards de dollars, l’Algérie avec 2 milliards de dollars, la Syrie avec 1,6 milliard de dollars et l’Iran avec 1,3 milliard de dollars.

La même source a fait savoir que les transferts d’argent vers la région MENA  devraient progresser de 2,6% en 2016 pour s’établir à 51,6 milliards de dollars, contre 50,3 milliards en 2015.

Au niveau mondial, l’Inde conserve son statut de premier pays destinataire au monde en 2015, avec 69 milliards de dollars transférés, soit une baisse de 1 milliard de dollars par rapport à 2014, suivi de la Chine avec 64 milliards de dollars, les Philippines avec 28 milliards de dollars, le Mexique avec 25 milliards de dollars et le Nigéria avec des transferts de 21 milliards de dollars

Related posts