Modeste hausse du transfert des migrants

La Banque mondiale annonce une légère progression des envois de fonds vers les pays en développement en 2015. Ces derniers se sont élevés à 431,6 milliards de dollars en 2015, soit une hausse de 0,4 % par rapport à 2014. L’Afrique subsaharienne a elle aussi connu une faible croissance de 1 % des envois, et s’attend à une progression de 3,4% des transferts en 2016.

Les fonds transférés vers les pays en développement ont très peu augmenté en 2015. Plusieurs facteurs à savoir la faiblesse des prix du pétrole entre autres ont réduit les revenus des migrants dans le monde. C’est ce qu’a révélé la dernière édition de la note d’information de la Banque mondiale sur les migrations et le développement. L’an dernier, la faiblesse des cours pétroliers l’a encore aggravé, affectant en particulier les envois depuis de nombreux pays exportateurs de pétrole tels que la Russie et les pays du Golfe. L’Inde conserve en 2015 son statut de premier pays destinataire au monde avec environ 69 milliards de dollars transférés dans le pays, ce qui représente néanmoins une baisse de 1 milliard par rapport à 2014. Les autres grands pays destinataires en 2015 ont été la Chine (64 milliards), les Philippines (28 milliards), le Mexique (25 milliards) et le Nigéria (21 milliards). Les envois de fonds officiellement enregistrés vers les pays en développement se sont élevés à 431,6 milliards de dollars en 2015, soit une hausse de 0,4 % par rapport aux 430 milliards transférés en 2014. Cette progression est la plus faible depuis la crise financière.

Coûts d’envois élevés en Afrique subsaharienne

Au niveau mondial le coût d’envois a été évalué à 7,4 % fin 2015, mais elle est en moyenne de 9,5% en Afrique subsaharienne qui reste la région la plus chère au monde. C’est la région Amérique latine et Caraïbes qui a enregistré la plus forte croissance des envois de fonds en 2015, avec une augmentation de 4,8 % essentiellement due au redressement du marché du travail aux États-Unis. L’Afrique subsaharienne n’a connu qu’une croissance modeste de 1 % des envois de fonds en 2015, néanmoins plus élevés que les 0,2 % en 2014. Selon les prévisions, les transferts d’argent dans la région devraient s’intensifier et passer de 35,2 milliards de dollars en 2015 à 36 milliards cette année, soit une hausse de 3,4 %. Par ailleurs, les envois de fonds vers la région Moyen-Orient et Afrique du Nord ont fortement ralenti en 2015, avec une croissance de 0,9 %, contre 4 % en 2014. Ce ralentissement est essentiellement dû à une baisse des flux vers l’Égypte, premier pays destinataire de la région. Néanmoins, les transferts d’argent vers cette région devraient progresser de 2,6 %.


Maimouna Dia

Related posts