Le WWF tire la sonnette d'alarme : zoom sur 3 sites naturels classés menacés par l'homme

La seule évocation de leur nom est une invitation au voyage : Iles Galápagos, Kilimandjaro, Grande Barrière de corail, Baie d'Ha-long... Depuis plus de 40 ans, l'Unesco, l'institution des Nations Unies, recense les plus beaux sites naturels de la planète. Mais sur les 229 endroits inscrits au Patrimoine mondial, 114 sont concernés par des activités industrielles néfastes, selon WWF (World Wide Fund) dans un rapport publié ce mercredi 6 avril.

My TF1News revient, pour vous, sur trois sites en danger : la Grande Barrière (Océanie), le Grand Canyon (Amérique) et le Parc National des Virunga (Afrique).  

Grande Barrière de corail


La Grande Barrière est le plus grand récif corallien du monde. Elle compte 400 variétés de coraux, 1.500 de poissons et 4.000 de mollusques. Située en Mer de Corail, au large du Queensland, en Australie,  elle est aussi l'habitat d'espèces menacées d'extinction, comme le dugong et la grande tortue verte.

Ce coin de paradis est en proie à la surexploitation minière et celle du charbon. A cela s'ajoute l'expansion des ports industriels qui dégradent ces récifs. En raison de ces activités humaines, 55 % des coraux se sont dégradés sur les trente dernières années.

Grand Canyon

Classé depuis 1919, le Parc National du Grand Canyon se situe au nord de l'Arizona, aux Etats-Unis. Cet incontournable circuit de l'Ouest américain est connu pour ses roches creusées. Les plus anciennes datent d'il y a 1,7 milliard d'années.

Sauf que ce gigantesque musée géologique à ciel ouvert est confronté, sur la rive sud du Colorado, à la construction d'un centre commercial et de 2.200 logements qui pourraient le défigurer. Au Nord, la découverte de gisements d'uranium et leur prochaine exploitation met en danger ce lieu calme qui raconte presque la moitié de l'histoire de la terre.


Parc National des Virunga

Situé en République Démocratique du Congo, dans la Province du Nord Kivu, le Parc National des Virunga s'étend sur 800.000 hectares. Ce parc propose une diversité d'habitats incomparable. Sa faune est également très impressionnante : hippopotames, gorilles, léopards et éléphants cohabitent dans ce territoire protégé depuis 1979.

Malheureusement, ce bijou est en danger en raison de l'exploration pétrolière qui vient perturber tout son écosystème.

Un espoir : le sauvetage du récif du Tubbataha

D'autres sites comme les forêts humides de Madagascar, le Parc National de la Donana en Espagne ou le récif de Belize au Brésil sont victimes, entres autres,  "d'activités néfastes, qui sont souvent le fait de multinationales et de leurs filiales" résume WWF.

A l'inverse, le récif du Tubbataha reprend des couleurs. En effet, jusqu'en 1998, des braconniers y pêchaient à l'explosif et au cyanure. Grâce à l'aide de l'Onu, les autorités philippines sont intervenues. La surpêche a ainsi pris fin, et les stocks de poissons atteignent, aujourd'hui, un niveau record !

Related posts